Une poussière de moi…

Tout à commencé le 30 mars 2014… En une soirée bien ordinaire.  Une soirée de mal-être, comme la plupart des soirées parmi tant d’autres que je vivais. Ce soir là, voulant encore fuir ma vie, j’ai reçu le plus beau cadeau du monde… Les réponses que j’attendais depuis si longtemps… Alors, ma vie n’a plus jamais été la même.

Ces réponses, elles se trouvaient là, en moi! Pendant tout ce temps, où j’utilisais tous les moyens afin de me sauver moi-même de manière miraculeuse, je possédais la clé de mes souffrances en moi et je ne le croyais pas…  Je venais de découvrir, non sans surprise, que j’étais la seule et unique responsable de mes choix concernant ma vie en entier, ce qui m’amenait directement là, où je suis aujourd’hui.  Ça semble banal comme révélation, mais je n’avais pas mesuré l’ampleur de cette découverte!  J’étais non seulement la seule responsable de mes choix, mais aussi, de ma manière de penser… Donc, il n’en tenait maintenant qu’à moi, de prendre mon bonheur en main et ce, même si j’ai cru longtemps que c’était impossible,au delà de mes forces et de mes facultés.  En un instant, quelqu’un dans l’invisible m’a offert, gentiment, les rênes de ma propre vie.  Mon pouvoir de la diriger, de la contrôler.

Les mots contrôle et pouvoir ont pris une toute autre signification dans ma vie… J’étais maintenant, consciemment, le propre pilote de ma vie. Je l’avais toujours été, mais…. Je n’avais pas conscience que la majorité du temps, j’avais laisser les brides aux autres pour plusieurs raisons et que sans le savoir, j’avais emprunté leur chemin et non le mien… Je pouvais bien m’y perdre et trouver cela difficile!  Personne ne m’avait apprise à piloter mon propre bateau, et tous, voulant bien faire, selon leurs croyances, m’avaient conduit dans leur univers, leurs rêves à eux… Espérant le mieux pour moi!  Ce n’est rien de nouveau, mais à force de ramer pour tout le monde, on s’épuise et on peut aller jusqu’à couler.  C’est une chance inouïe que j’ai eu… De pouvoir me regarder enfin, comme je suis réellement.  De m’être arrêté sur le bord de ma route, d’avoir accepté de regarder ma vie, de manière objective et constructive pour enfin, prendre le volant, ajuster mes miroirs, avancer mon siège, ouvrir les fenêtres de mes portières et enfin décider d’avancer réellement pour moi. De croire que j’étais capable de le faire et de me donner le droit de changer de route en chemin si besoin.

À cet instant, une grande bouffée d’amour est entrée en moi et je me suis dis, « Allez go! Tu es belle, tu es bonne pis tu es capable! À partir de maintenant, tu t’engages à agir, par amour pour toi parce que tu t’es assez fait violence de même et que ce n’est pas cela qui t’a rendu heureuse… »

J’ai choisi d’essayer autre chose et croyez-moi, ce chemin-là, appelons-le : « Le chemin de l’amour de soi », on ne cherche pas à le fuir, mais bien à le chérir, car s’y on y entre vraiment, c’est le chemin le plus magnifique qui soit.  Ce fut ma plus belle promesse à moi-même et même si mes peurs reviennent, que les doutes en moi reviennent aussi, c’est bien dommage, mais cela n’a jamais été très bénéfiques de les écouter alors, elles viennent m’avertir que j’ai à travailler sur moi, mais ne gagnent pas! J’ai choisi de m’aimer et de me chérir à la vie à la mort et ce, jusqu’à ce que la mort me sépare…

Ce choix, cette révélation, est accessible pour tout le monde.  Il y a… juste devant vous, un volant qui détient le pouvoir de conduire votre vie.  Il n’en tien qu’à vous, de choisir, entre les mains de qui vous le laissez.  C’est une responsabilité, apprendre à conduire, mais à mon avis, c’est le meilleur investissement de votre vie et ce, même si vous croyez que c’est impossible… Tout est possible! Suffit d’y croire! Bonne lecture 🙂