Oui mais… Elle est où ma place à moi ?

À cette question j’ai envie de répondre ceci : « Ta place elle est ici et maintenant, là où tu es présentement. »

Je suis présentement infirmière.  À ce propos, il m’arrive parfois de ne pas me sentir une « vraie » infirmière.  Vous savez, l’infirmière qui semble parfaite !  Oui oui, celle avec qui je peux me mettre à me comparer par moments.  Celle qui possède des dizaines et des dizaines d’années d’expériences.  Celle aussi, qui sort tout juste de l’Université, qui se souvient de toutes les particularités des maladies et qui prend le temps de tout détailler dans ses notes et ce, avec un soucis de perfection à faire « jalouser » les nurses comme moi, qui écrivent le strict nécessaire, parce qu’écrire à la main, quand on a notre méthode de doigté au clavier, c’est bien trop long…  Ah… Ce n’est pas que la démarche n’a pas été faite, bien au contraire, cependant,  l’écrire… À la main… Une vraie torture !!!  Quoi qu’il en soit, quand je me mets à me comparer, parfois je me demande… Mais elle est où ma place exactement ?

J’aime peindre et pourtant, je ne suis pas peintre professionnel.  J’aime écrire et pourtant, je ne suis pas écrivain.  J’aime donner des conférences et non, je ne suis pas conférencière professionnelle.  J’aime beaucoup de choses en fait, j’ai beaucoup de rêves non réalisés encore, j’ai pratiqué différents métiers… Celui-ci n’est peut-être pas le dernier.  Je n’en sais rien en fait.  Rien n’est jamais certain à 100% dans la vie.  Il y a tant de surprises qu’on ne se doute juste pas… Qui ne s’est jamais dit cette phrase ? « Tu m’aurais dit cela voilà 5 ans et je ne t’aurais jamais cru… !! »

En repensant à mon passé, à certaines expériences que j’ai vécu.  J’ai osé me dire un jour :

« En fait, je n’avais pas d’affaire là… J’ai jamais eu d’affaire là…»

Ce jour, j’ai changé d’idée à ce propos, cette pensée allait en sens inverse de mes croyances les plus profondes, me disant que finalement, oui, j’avais d’affaire à être là et ce, partout où je suis passée dans ma vie, dans mes métiers, avec mes enfants, mes conjoints du passé, ma famille, les métiers que j’ai pratiqués.

Pourquoi donc ?  Parce que chaque situation, même si je croyais ne pas apprendre, que je ne me sentais pas à ma place, que je me sentais coincée, chacun de ces événements m’a finalement appris énormément.  Peut-être que je ne voulais pas le voir tout simplement… Mais aujourd’hui, je sais que je suis toujours au meilleur endroit et dans la meilleure situation pour me faire évoluer et ce, quoi que je vis, c’est à moi de choisir de regarder le plus possible, l’apprentissage que je suis en train de vivre…

La vie, elle comporte son lot de bonheur ainsi que son lot de souffrance.  Elle est faite comme cela, on ne peut rien y changer.   Dans plusieurs situations, lorsque j’avais les deux pieds dedans, j’aurais souhaité me sauver au lieu d’affronter.  C’est un peu cela que j’ai fais d’ailleurs… Me sauvant dans le sport, dans l’écriture, dans des illusions, dans des changements de métiers…  N’importe quoi  pour ne pas me questionner et pour ne pas vouloir apprendre à discuter, à mieux gérer mes émotions, à m’adapter aux situations que je vivais.  Heureusement pour moi, je ne tolère pas la drogue et l’alcool, car j’aurais pu facilement tomber dans l’engourdissement du moment et pour longtemps… Au lieu de choisir d’apprendre en affrontant et en assumant…

Avec du recul, et oui… Cela a pris 37 années avant que je le réalise… Je remercie toutes les situations qui m’ont mise vraiment en colère.  Elles m’ont permis de mieux connaître mes limites et m’ont permis d’enfin, réussir à verbaliser mes déceptions et cette « dite colère » pour mieux m’en libérer par la suite et surtout, pour mieux la gérer pour l’avenir.  Je remercie mes inquiétudes, elles m’ont permis de développer ma confiance en moi et en la vie et de réaliser que malgré mes peurs, je m’en suis toujours sortie et que je n’ai jamais manqué de rien.  Je remercie les trahisons, elles m’ont permis de me respecter de plus en plus, de m’aimer davantage et de travailler sur ma valeur et mon estime personnelle.  Je remercie toutes les situations fâcheuses dans ma vie qui m’ont permis de développer ma débrouillardise…. Bref, si vous me suivez encore, vous voyez sûrement où je veux en venir… Je crois que la vie, nous place toujours au bon endroit, au bon moment pour nous permettre d’évoluer, d’apprendre, de cheminer vers l’amour de nous-mêmes.  Il y aura toujours des obstacles qui nous semblent insurmontables, injustes, incontrôlables… Mais nous avons toujours deux choix… Nager à contre-courant, en résistance, demeurant dans le « non vouloir » de vivre la situation actuelle ou bien… Choisir de regarder l’apprentissage dans chaque épreuve et situation et applaudir nos petits pas, un à la fois.  Je crois que c’est un premier pas vers le « Être » et non le « Paraître » ou le « Avoir ».

Je ne suis pas une infirmière parfaite et je ne cherche pas à l’être non plus.  En fait, je ne le serai jamais.  Je déjà voulu l’être, mais j’ai échoué et me suis épuisée à la tâche, car ce n’était jamais assez… Croyez-moi, ça épuise vite en titi ce chemin là !  Quoi qu’il en soi, dans toute chose, il existe des forces et des faiblesses et maintenant c’est là-dessus que je mise. L’équipe est là pour cela.  On se complète !  Et surtout, mais surtout, je suis là, pour apprendre et apprendre encore et toujours.

Toute ma vie m’a servit d’apprentissages et continuera de le faire.  Maintenant, je ne vois que cela dans ma vie ou presque.  Mon métier d’infirmière, qui est un exemple parmi tant d’autres, m’apprend énormément sur moi-même.  J’apprends à accepter ma vulnérabilité, à voir mes forces, à améliorer mes faiblesses, j’apprends la patience, l’ouverture, j’aide à responsabiliser les gens, j’apprends à dire non, à demander de l’aide, à tasser mon ÉGO de côté et ne pas diminuer ma valeur si je manque ma foutue prise de sang à deux reprises et que mon patient me dis : « Je ne comprends pas… On ne me rate jamais pourtant!! »  J’apprends à garder mon sang froid, à prendre ma place. J’apprends à saluer mes bons coups, à apprécier les gens tels qu’ils sont.  J’apprends bien au-delà des techniques et des maladies.  J’apprends à être humaine de plus en plus et à travailler avec des humains… À m’adapter à leurs connaissances, à leurs souffrances et leur combat… Bref, j’apprends continuellement.  C’est le plus beau métier du monde pour apprendre !!! Hahaha ! Et sans jouer les victimes, ce n’est pas un métier facile, mais ô combien nourrissant si on se permet de « s’amuser » en travaillant en ne prenant rien de trop personnel… Qu’il est gros l’ÉGO parfois… Qu’il est gros !!! 😉

En gros, je crois qu’il ne sert à rien de chercher sa place, car elle est là, exactement où vous êtes en ce moment.  Rien ne vous empêche de vous déplacer, tout est en mouvement continuel, mais sachez, que si vous êtes là où vous êtes, c’est que vous êtes en plein dans ce que vous devez apprendre et vivre.  Il suffit juste d’écouter les leçons et d’apprendre à les accueillir avec plaisir !

C’est peut-être à cela que ça servait les devoirs et les leçons au fond !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s